Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 15/12/2017 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

ROMANINO Girolamo


Ecole vénitienne

Thisbé se donnant la mort auprès de Pyrame

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 5648, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII7753
MA7248

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
ROMANINO Girolamo
A. E. Popham

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME VENITIEN XVIè s

TECHNIQUES :
Restauré en 2006.
H. 00,137m ; L. 00,167m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; dessin dit du 'Rebut' - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671.
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.5, p.930, chap. : Ecole italienne E, carton 63. (...) Num¿ro : 7248.Idem [[ Maîtres inconnus /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 244. D¿signation des sujets : Thisbé se perce le sein, sur le corps de Pyrame. Dessin à la plume. Dimensions : H. 14 x L. 17cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 1francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD37

COMMENTAIRE :
Frédéric Reiset (1815-1891) a identifié correctement le thème de cette feuille sans pour autant proposer une attribution puisque il a classé l'œuvre parmi les anonymes vénitiens du XVIe siècle. Inspiré des Métamorphoses d'Ovide (livre IV, 55-166), la scène évoque le récit dans lequel Thisbé se jette sur l'épée de son aimé pour mettre fin à ces jours. L'attribution à Romanino est due à Giorgio Nicodemi qui inclut la feuille dans la monographie dédiée à l'artiste (Giorgio Nicodemi, Gerolamo Romanino, Brescia, 1925, p. 198). Selon Alessandro Nova, le choix du thème témoigne de l'influence de l'art allemand que Romanino put découvrir à Trente (Alessandro Nova dans Girolamo Romanino, cat. exp. Castello del Buonconsiglio, Trente, 29 juillet - 29 octobre, Trente, 2006, p. 336). Il fut présent dans la ville entre 1531 et 1532, lors de l'exécution des fresques pour le cardinal Clesio, au moment où plusieurs peintres allemands travaillaient sur le chantier du palais du Buonconsiglio (Alessandro Nova, « The drawings of Girolamo Romanino. Part II », The Burlington Magazine, CXXXVII, n° 1106, p. 300). Selon le spécialiste de l'artiste, d'autres éléments confirment cette hypothèse (Nova dans Trente, 2006) : l'iconographie ovidienne très répandue dans la culture au nord des Alpes comme en témoigne l'œuvre graphique de Niklaus Manuel Deutsch (1484-1530), Virgil Solis (1514-1562) et Jan Gossaert dit Mabuse (vers 1472-1532 ; voir Nova dans Trente, 2006, p. 336) et la manière dont est habillée la figure de Pyrame suivant la mode danubienne. Une datation pour le dessin du Louvre vers 1531-1532 a été avancée par certains historiens de l'art (Hans Albert Peters, « Bemerkungen zu oberitalienischen Zeichnungen des XV. und XVI. Jahrhunderts, 1. Teil », Wallraf-Richartz-Jahrbuch, XXVII, 1965, p. 129-190, p. 161 ; Alessandro Ballarin, « Tre disegni : Palma il Vecchio, Lotto, Romanino (e alcune osservazioni sul ruolo del Romanino al Buonconsiglio », Arte Veneta, XXIV, 1970, p. 59), tandis que Nova a décalé l'exécution de la feuille vers 1532-1534 (Nova, 1995b, p. 300) puisque rien n'exclut que Romanino ait pu continuer à utiliser des modèles allemands même une fois rentré à Brescia. Quoiqu'il en soit, la feuille du Louvre témoigne de la grande maîtrise technique de l'artiste, notamment dans le traitement des formes de Thisbé. Comme l'a relevé Nova, Romanino a défini le contour élégant de son épaule gauche et du cou à l'aide de trois traits simplement à la plume. Grâce au mouvement rapide et arrondi de la plume, il a donné un effet palpable aux manches ébouriffées et du volume aux mains. La figure masculine penchée vers Pyrame, qui ne fait pas partie du récit ovidien et qui est une ébauche pour une autre composition, a valeur de « signature de l'artiste » en raison des traits caricaturaux du visage (Nova dans Trente, 2006). Voir Federica Mancini, notice complète dans 'Art Royal, Meisterzeichnungen aus dem Louvre', cat. exp. Salzbourg, Salbourg Museum, 9 juin - 3 septembre 2017, p. 52, n° 19.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Personnes : Pyrame - Thisbé
Sujets : MYTHOLOGIES - Pyrame et Thisbé
Techniques : encre brune - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 3, p. 164