Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 09/07/2018 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

CARRIERA Rosalba Giovanna


Ecole vénitienne

Portrait de jeune fille tenant un singe.
Antoinette Barbonne Thérèse Languet de Gergy (1723-1786).

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 4798, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII30886

LOCALISATION :
Sully II
Epi 15

ATTRIBUTION ACTUELLE :
CARRIERA Rosalba Giovanna

TECHNIQUES :
Pastel sur papier bleu marouflé sur toile tendue sur châssis. Sur le panneau de bois protégeant le châssis, annotation à la plume et encre noire : Inventaire Gal/n°12.935. La restauration de cette œuvre a été rendue possible grâce au soutien des American Friends of the Louvre en 2012.
H. 00,579m ; L. 00,435m

HISTORIQUE :
Pierre Cardenac, marquis d'Havrincourt, émigré, maréchal de camp - Saisie des biens des émigrés. Commandé à Rosalba Carriera à Venise par Jacques Vincent Languet de Gergy (1667-1734), puis en possession de sa veuve Anne Henry, comtesse de Gergy. L'oeuvre est citée le 1er février 1773 dans le testament de la comtesse (A.N., T140, cité par Droguet, 2008, p. 251) comme offerte à son petit-fils Charles Philibert Louis de Cardevac d'Havrincourt (1745-1781) (Zava Boccazzi, 2009, p. 138). À sa mort, en 1781, elle passe en possession de son frère aîné Anne Gabriel Pierre de Cardevac d'Havrincourt (1739-1824), qui émigra en 1792 et fut employé dans l'armée des Princes. Saisie le 26 brumaire an II (16 novembre 1793) à son domicile rue de la Planche à Paris comme bien d'émigré et transportée au dépôt national de l'hôtel de Nesle, rue de Beaune. Envoi au Museum central des Arts en vertu du décret du comité de l'Instruction publique du 1er germinal an II (21 mars 1794). Inscrit par Morel d'Arleux avant 1827 sur l'inventaire général du musée Napoléon devenu Musée royal, sous le numéro 12935 (A.N., 1 DD 41, p. 1734) puis en 1832 sur l'inventaire général des musées royaux sous le numéro 12935 (A.N., 1 DD 97, p. 1717). Restauré en 2012 par Marianne Bervas, Sophie Chavanne, André Le Prat et Valérie Luquet (décadrage, dépoussiérage de la toile de marouflage, ré encadrement dans un cadre emboîtant). Inv. 4798. Dès 1865, Alfred Sensier proposait, « plutôt par induction que par preuve » (p. 514), de reconnaître dans la jeune fille au singe figurant sur le pastel du Louvre la fille de John Law de Lauriston (1671-1729). En 1719, le financier avait souhaité que Giovanni Antonio Pellegrini, le beau-frère de Rosalba Carriera, peigne à fresque le plafond de la galerie de la Banque royale nouvellement installée dans l'hôtel de Nevers. Aussi, lorsque la pastelliste était arrivée à Paris avec Pellegrini, avait-elle trouvé en Law l'un de ses premiers clients. Dans son journal, elle confirme avoir fixé ses traits ainsi que ceux de sa fille Mary Katherine, qui épousa par la suite son cousin germain lord Knollys, vicomte Wallingford. Cette proposition d'identification fut longtemps reprise jusqu'à ce que Bernardina Sani, spécialiste de l'artiste, indique en 1988 qu'aucun élément ne venait la confirmer. Elle constatait également que si le pastel était peint avec cette attention méticuleuse portée aux détails, il se distinguait cependant des œuvres exécutées autour de 1720 par son absence de fioritures et de finitions. En 2008, Vincent Droguet a pu préciser la provenance du pastel. Il avait été saisi en 1793 comme bien d'émigré chez le marquis d'Havrincourt, Anne Gabriel Pierre de Cardevac (1739-1824),qui en avait hérité de son frère cadet Charles Philibert Louis, mort célibataire en 1781. Les deux garçons étaient les fils d'Antoinette Barbonne Thérèse Languet de Gergy (1723-1786) et de Louis de Cardevac d'Havrincourt (1707-1767). Ils avaient eu pour grandsparents Jacques Vincent Languet de Gergy (1667-1734) et son épouse Anne Henry. Languet de Gergy avait été nommé en 1721 ambassadeur du roi de France auprès de la République de Venise, cité où il était arrivé le 5 décembre 1723 et où il avait résidé jusqu'en 1731, année à la fin de laquelle il avait regagné Paris pour raisons de santé (Mercure de France, novembre 1734, p. 2537). Lors de ce séjour, l'ambassadeur avait fait la connaissance de Rosalba Carriera et lui avait passé commande de deux portraits. Après sa mort, ses œuvres étaient demeurées en possession de sa veuve, la comtesse de Gergy, qui les avait léguées par voie testamentaire le 1er février 1773 à son petit-fils Charles Philibert Louis. Conservé aux Archives nationales (T140), le document révèle que les deux pastels de la Rosalba figuraient Anne Henry et sa fille Antoinette Barbonne Thérèse. Il était également précisé que la seconde avait été portraiturée en compagnie d'un petit singe. La fille de l'ambassadeur avait donc posé avant 1731, soit lorsqu'elle avait autour de huit ans, âge qui correspond à celui du modèle sur le pastel. Les caractéristiques stylistiques de l'œuvre viennent parfaitement confirmer cette datation. ( Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, éditions du Louvre, Paris, 2018, 41.p.97 à 99).
Mode d'acquisition : Saisie des Emigrés


COMMENTAIRE :
Archives de l'Art Français, 1912, p. 293 (Emigré d'Havrincourt ?) (illisible). Geneviève Monnier (Inventaire des Collections Publiques Françaises, Pastels des XVIIe et XVIIIe siècles, Musée du Louvre, 1972, n° 37) indique que ce pourrait être le portrait de Mademoiselle Law, fille du financier John Law, agée d'une douzaine d'années. Une réplique de ce pastel exécutée en miniature est entrée au Musée du Louvre en 1947 avec la donation D. David-Weill (RF 30833) ; elle a été attribuée par M. Carlo Jeannerat à Felicita Sartori, élève de Rosalba. Xavier Salmon évoque comme modèle la fille de l'ambassadeur, Antoinette Barbonne Thérèse Languet de Gergy. ( voir Bibliographie Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, éditions du Louvre, Paris,2018, 41.p.97 à 99).

INDEX :
Collections : Cardenac, Pierre, marquis d'Havrincourt
Lieux : Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport
Personnes : David-Weill, D., collection particulière, oeuvre en rapport - Law, Mlle, fille de John Law - Sartori, Felicita+
Sujets : portrait - Animal, singe
Techniques : pastel

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 3, p. 26