Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 06/09/2021 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

LARIVIERE Charles Philippe


Ecole française

Carton préparatoire pour La Pentecôte

Vers 1844

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 27567.19, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII34071

LOCALISATION :
Réserve des pièces encadrées

ATTRIBUTION ACTUELLE :
LARIVIERE Charles Philippe

TECHNIQUES :
Dimensions : H 259,5 x L en bas 69,5 - 71,7 / L en haut 24,3 - 26,5 hors tout cm Verso, « 19 » au graphite, « [?]5 » à l'encre Support : Papier vélin chiné doublé en plein sur papier vélin chiné. Le doublage a été réalisé avec peu de colle et est très irrégulier. Technique : Pierre noire, craie blanche, traits de positionnement technique en haut et en bas avec gouache rouge ou encre bordeaux. Description du châssis : Châssis triangulaire. Barre horizontale inférieure arrondie convexe. Barre horizontale supérieure arrondie concave. Bord extérieur des barres horizontales biseauté vers l'intérieur en bas, vers l'extérieur en haut. Assemblages à tenon et mortaise cloués. 3 traverses horizontales. Non chanfreiné. Montage : Toile de lin ou de jute très lâche clouée sur les bords du châssis. Malgré sa faible densité elle a globalement bien résisté et ne présente que peu de déchirures. Papier gris chiné tendu et collé sur le pourtour du châssis et rabattu sur les bords. Papier d'œuvre gris chiné plus clair collé en plein coupé au ras des arrêtes. Dans quelques cas, des bandes de tension semblent avoir été ajoutées. Pas de trace de technique sur les tranches, le montage a sans doute précédé la réalisation de l'œuvre. Encadrement : Baguettes en bois doré clouées (épaisseur hors tout 3,6 cm). En forme de T, elles habillent une ou deux tranche des châssis. Il y a 28 baguettes en tout, dont aucune ne manque. La même baguette semble avoir été présente autour du carton central circulaire représentant le Saint Esprit. Elles ont sans doute été ajoutées postérieurement à la réalisation et à l'utilisation du carton, pour sa présentation à l'Exposition Universelle de 1855. Numérotation : Plusieurs numéros sont inscrits au dos des châssis ; dont un écrit au graphite gras au milieu de la barre inférieure convexe et à la craie sur le montant droit, ce numéro a été choisi pour servir de sous-numérotation aux cartons. Un ou deux signes souvent assimilables à des chiffres apparaissent systématiquement écrits à l'encre noire sur le montant gauche, sans qu'il soit possible de les transcrire exactement ou de comprendre leur sens. Les éléments ont été transportés à l'atelier de restauration en septembre 2020.
Forme : triangulaire
H. 00,259m ; L. 00,695m


COMMENTAIRE :
Les 29 cartons préparatoires à la maquette de la verrière de la coupole de la chapelle royale de Dreux illustrent La descente du Saint-Esprit sur les Apôtres (vingt-huit fuseaux, un médaillon central). Cette commande du 13 juillet 1844, complète le décor des vitraux, sculptures, mobilier. La fabrication de l'ensemble des vingt verrières confiées à la manufacture de Sèvres sur des cartons proposés par Ingres, Horace Vernet, Hippolyte Flandrin ou Larivière, met en œuvre le fameux bleu de Sèvres. Brongniart, directeur de la manufacture, demandait aux artistes deux types de modèles pour les peintres verriers de son atelier : une maquette à grandeur en grisaille et une esquisse en couleur à l'huile ou à l'aquarelle. Les esquisses en couleur de ce projet sont conservées au Musée d'art et d'histoire de la ville de Dreux. Larivière considérait sans doute son projet pour la coupole de Dreux comme l'une de ses œuvres les plus importantes puisqu'il choisit d'être représenté, à l'Exposition Universelle de 1855 à Paris, par ces cartons et par le tableau qui l'avait révélé au Salon de 1831 et lui avait valu une médaille de 1ère classe, Nicolas V pendant la peste à Rome (Louvre, département des Peintures, inv 5681). La Chapelle Royale dédiée à Saint-Louis fut édifiée à partir de 1816 par la duchesse d'Orléans dans un style néo-classique, sur l'emplacement de l'ancienne forteresse des Comtes de Dreux. Agrandie par son fils, le roi Louis-Philippe, dans un style néo-gothique, il en fit, par une ordonnance de juin 1843, la nécropole des princes et princesses de la famille des Orléans.

INDEX :
Lieux : Dreux, Chapelle Royale, oeuvre en rapport, Sèvres, Manufacture, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, département des peintures, oeuvre en rapport, Dreux, musée d'Art et d'Histoire
Personnes : Louis, saint, roi de France+ - Louis-Philippe Ier, roi des Français+ - Brongniart, Adolphe Théodore+ - Bourbon, Louise Marie Adélaïde de, duchesse de Chartres, duchesse d'Orléans (1753-1821)+
Sujets : Pentecôte - Salon de 1831 - Exposition Universelle de 1855 - Larivière, Charles Philippe, Nicolas V pendant la peste à Rome - nécropole des Orléans

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 11, p. 316