Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 27/06/2017 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

DAVID Jacques Louis


Ecole française

Etude pour Léonidas aux Thermopyles : tête de guerrier grec lesyeux bandés

Vers 1813

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 55344, Recto

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
DAVID Jacques Louis

TECHNIQUES :
Pierre noire. Inscription à la plume et encre brune, en haut au centre : 24.
H. 00,144m ; L. 00,100m

HISTORIQUE :
Paraphes des fils de David, Eugène (L.839) et Jules (L.1437) en bas à droite ; probablement folio 24 (numéro à la plume et encre brune, en haut au centre) d'un carnet démembré avant la vente posthume des 17-20 avril 1826 ; en effet, dans l'exemplaire du catalogue de la vente conservé à la British Library, on trouve la mention manuscrite : "154 - Tête de l'aveugle du tableau de Léonidas. 25 frs" qui peut correspondre à ce dessin ; Paris, galerie Paul Prouté (cat. n° 57, Printemps 1973, n° 39, repr. ; 1500 francs) ; Paris, collection particulière - Don Arlette Sérullaz en souvenir de Maurice Sérullaz Décision du président-directeur du Musée du Louvre du 1er février 2017.
Dernière provenance : Sérullaz, Arlette
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 2017


COMMENTAIRE :
Etude pour la tête de l'aveugle, Eurytas, conduit par un esclave, figure à l'extrême gauche du tableau commencé par David vers 1798 et terminé vers le début d'octobre 1814, Léonidas aux Thermopyles (Louvre, département des Peintures, Inv. 3690). Le tableau représente un épisode de la guerre des Thermopyles, au cours de laquelle le roi spartiate Léonidas tenta, malgré une infériorité numérique prononcée, de retenir l'armée Perse à l'entrée du défilé des Thermopyles. Dans son 'Explication du tableau des Thermopyles' que David fit paraître en 1814 quand il exposa la toile dans son atelier, il écrit : Envoyé par Léonidas à Lacédémone, un aveugle, conduit par son esclave, se présente de nouveau devant lui, il lui renouvelle ses instances de combattre, de mourir avec ses compagnons d'armes. Comme l'attestent de nombreux croquis, David a étudié plusieurs compositions pour ce groupe, d'abord un vieillard vu de face, soutenu par deux compagnons (Douai, Musée de la Chartreuse, inv. 459), puis il retint l'idée de deux personnages, seulement, arrivant de profil par la gauche. Dans l'Etude d'ensemble pour Léonidas aux Thermopyles (New York, The Metropolitan Museum of Art, Rogers Fund, 1963, inv. 63.1, pierre noire, H. 0,406 ; L. 0,550 m) datée 1813, le personnage porte comme ici un bandeau sur les yeux. Dans le tableau définitif, la cécité n'est plus indiquée que par des yeux baissés. Le rapprochement de ces deux feuilles permet de dater celle du Louvre, vers 1813. Sur une autre étude d'ensemble, très aboutie, signée et datée en bas à gauche : 'L. David. / 1813' (Louvre, département des Arts graphiques, plume, encre noire, lavis gris et rehauts de blanc sur crayon noir. H. 00,211 ; L. 00,282 m, INV 26080) Eurytas apparaît sans bandeau sur les yeux. Plusieurs autres études pour ce personnage figurent parmi les feuilles d'un carnet (Louvre, DAG, RF 6071, 16, folio 8, RF 6071, 24, folio 13, RF 6071, 30, folio 16, RF 6071, 37, folio 20, RF 6071, 39, folio 21, RF 6071, 96, folio 57) et d'un album (Louvre, DAG, RF 9136, 19, folio 18, RF 9136, 20, folio 19, RF 9136, 21, folio 20). Le critique Pierre Jean-Baptiste Chaussard donne une description de la toile inachevée et décrit un aveugle : remarquable par l'enthousiasme et presque par l'exagération de ses mouvements. Il a l'air de crier, et prêt à frapper comme un sourd. (Notice historique et inédite sur M. Louis David, Le Pausanias français, Paris,1806, p. 164) Antoine Schnapper (Jacques-Louis David 1748-1825, cat. exp. 26 octobre 1989 - 12 février 1990, chapitre Léonidas aux Thermopyles, Antoine Schnapper, p. 486- 512, dessin cat. n° 226, p. 512, repr. David a dessiné avec une grande précision la chevelure et la barbe de son modèle, se réservant ultérieurement de compléter l'ornementation du casque) indique que de nombreux personnages de Léonidas ont leur origine ou leur correspondant dans les Sabines, l'aveugle Eurytas rappelle ainsi singulièrement, Tatius, le roi des Sabins. Pour Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat, l'étude a peut-être été réalisée d'après un modèle antique, la barbe notamment semble inspirée d'un bas-relief (Jacques-Louis David 1748-1825, Catalogue raisonné des dessins, Leonardo Arte, Tome 1, cat. 314, p. 297, repr.) Juliette Trey, Une étude de David pour Léonidas aux Thermopyles Jean Gros, dans Grande Galerie, Le Journal du Louvre, Juin / Juillet / Août 2017, n° 40, p. 24-25, repr.

INDEX :
Lieux : New York, Metropolitan Museum of Art, oeuvre en rapport, Thermopyles, Les+, Douai, musée de la Chartreuse, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, département des peintures, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, département des Arts graphiques, oeuvre en rapport, Lacédémone+
Personnes : Eurytas - Leonidas, roi de Sparte+ - Chaussard, Pierre Jean-Baptiste+ - Tatius, roi des Sabins+
Sujets : David, Jacques Louis, Leonidas au Thermopyles - David, Jacques-Louis, Les Sabines