Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 06/09/2021 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
Gravé par

CALLOT Jacques


Ecole française

La Promenade sur l'eau pour la suite 'Diverse vedute designate in Fiorenza'.

1635

Gravure

ETAT :
Épreuve du 2e état

TECHNIQUES :
eau-forte

INVENTAIRES :
Collection Edmond de Rothschild
26212 LR/ Recto

Anciens numéros d'inventaire :
1191

LOCALISATION :
Réserve Edmond de Rothschild

ATTRIBUTION ACTUELLE :
Gravé par CALLOT Jacques

TECHNIQUES ET DIMENSIONS :
Eau-forte, 2e état sur 2 H. 11,3 ; L. 24,4 cm (trait carré) Signé en bas à gauche : Callot in. f. Israel ex. cum privil. Regis Filigrane : fleur de lys avec croix de Malte
Dimensions à la feuille : H. 00,115m ; L. 00,247m
Dimensions au trait carré : H. 00,113m ; L. 00,244m

HISTORIQUE :
Collection Edmond de Rothschild ; don au musée du Louvre en 1935.
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1935

COMMENTAIRE :
"La Promenade sur l'eau est l'une des douze compositions exécutées pour la suite intitulée Diverse vedute designate à Fiorenza Per Jacopo Callott, ensemble également connu sous les titres de Paysages italiens, Paysages dessinés à Florence, Divers paysages italiens ou, de manière erronée, Paysages gravés pour Jean de Médicis. L'attribution des estampes et des dessins de cette série reste problématique malgré l'invenit et le fecit de Callot gravés au premier état de dix eaux-fortes de la série et suivis de l'excudit d'Henriet au second état. Félibien indique dans ses Entretiens qu'Israël Henriet avait demandé à Collignon de « graver dix païsages sur les desseins de son maître [Callot] ». Pierre Jean Mariette s'aligne sur le témoignage de Félibien, mais attribue à une autre main l'exécution du frontispice orné d'une bordure et la Vue du Campo Vaccino, dans laquelle Gersaint reconnut la main de Silvestre. Cet auteur fut le premier à rendre à Callot les onze eaux-fortes restantes, attribution à laquelle souscrit Ternois (1992), qui s'appuie sur les dix dessins d'exécution repassés à l'aiguille pour le transfert conservés à la Devonshire Collection, à Chatsworth (1), parmi lesquels figure une composition de La Promenade sur l'eau (fig. 18). Plus récemment, Griffiths et Chapman (2 )ont proposé Israël Silvestre comme auteur de la série au motif que la technique précise et fine de la plume est loin de ressembler aux larges traits de lavis tracés par Callot dans les années 1630. Au-delà des aspects stylistiques, il faut également noter qu'aucune épreuve ou plaque de la série ne figurait dans l'inventaire après décès du maître lorrain. L'hypothèse selon laquelle Callot aurait pu donner les plaques à Henriet de son vivant ne paraît pas solide car il semble peu vraisemblable que ce dernier ait attendu la mort de Callot pour les publier. On connaît deux autres dessins attribués à Silvestre représentant La Promenade sur l'eau. Le premier d'entre eux, conservé à l'École des beaux-arts à Paris, légèrement plus grand que l'estampe, présente de menues différences par rapport à l'eau-forte, notamment dans la finition de l'arrière-plan et dans le traitement de l'eau. Les contours des maisons et des arbres situés dans le lointain, ainsi que les figures de l'homme et de l'enfant sur la barque, sont moins précis sur le dessin que sur la gravure. La préparation de la composition au graphite est similaire à celle employée sur une autre pièce de la suite des Diverse vedute, Le Chargement des marchandises (3). La seconde feuille, conservée au musée du Louvre (4), dont les dimensions sont presque identiques à celles de l'estampe, copie fidèlement le dessin de Chatsworth. Elle pourrait être de la main d'Israël Henriet si on la compare à la vue maritime du Grand Rocher, composition pour la même série ayant appartenu à Pierre Jean Mariette et décrite dans sa vente après décès comme de la main d'Israël Henriet (5). La comparaison entre les deux feuilles parisiennes de La Promenade sur l'eau fait ressortir la qualité de celle de l'École des beaux-arts, confirmant ainsi l'attribution à Silvestre. À son tour, la feuille de Chatsworth dénote par le soin apporté au détail et ne peut être envisagée que comme le modèle copié par les artistes de l'atelier d'Israël Henriet.. L'attribution à Silvestre de l'estampe, de la veduta de Chatsworth et, par conséquent, de toute la série paraît compromise au vu des recherches effectuées pour cette exposition, car seul un dessin repassé pour le transfert a été repertorié au sein du corpus étudié (cat. 14). Nous n'excluons pas la possibilité que Silvestre ait utilisé cette technique durant ses années de formation, mais il serait nécessaire, pour en obtenir confirmation, de procéder à l'analyse d'un ensemble plus important de feuilles de jeunesse préparatoires à la gravure." Notes : 1. Jaffé, 2002. 2.Griffiths et Chapman, 2013. 3. Londres, The British Museum, inv. 1868,0822.7902 (cercle de Callot). 4. Louvre, Arts graphiques, inv. 32989 ; Duprat, 1947. 5. Angers, musée des Beaux-Arts, Inv. MTC 62 ; voir Brême, 2014. Bibl. [voir document associé]. : Meaume, 1860, II, no 1191 ; Lieure, 1927, I, no 268, p. 108 ; Griffiths et Chapman, 2013, p. 286-291. [Pour le dessin de l'ENSBA inv. EBA 1541 aussi exposé : Israël Silvestre, La Promenade sur l'eau. Entre 1640 et 1650. Plume et encre noire, traces de graphite H. 13,9 ; L. 26 cm. Hist. : Jean-Baptiste Antoine Cloquet ; don baron Jules Cloquet en 1879. Bibl. : Duprat, 1947, no 10 ; Belin, 1968, no 24 ; Choné et Ternois, 1992, no 384 ; Jaffé, 2002, no 1602, p. 564 ; Brême, 2014, no 4, p. 32. Exp. : Jamais exposé] (Victoria Fernandez in "La France vue du Grand Siècle. Dessins d'Israël Silvestre (1621-1691)" (Paris, musée du Louvre, 15 mars - 25 juin 2018), cat. sous la dir. de Bénédicte Gady & Juliette Trey, n°6-7).

INDEX :
Sujets : Callot, Jacques, Diverse vedute designate in Fiorenza

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 8, p. 30