Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/02/2021 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

CALS Adolphe Félix


Ecole française

Paysage à Orrouy

1859

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures, collection du musée d'Orsay
REC 113, Recto

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
CALS Adolphe Félix

TECHNIQUES :
Plume et encre noire. Daté en bas à droite, à la plume et encre noire : 'Orrouy 20 juin 59'.
H. 00,127m ; L. 00,225m

HISTORIQUE :
En bas à droite, cachet de l'atelier (Lugt 427) - Au verso, cachet du Staedelsches Kunstinstitut de Francfort (Lugt 2356), et numéro au crayon 16019 REC 111, 112, 113, 114 : on retrouve ces 4 dessins de Félix Cals lors d'une vente posthume de l'atelier de l'artiste à Drouot les 16 et 17 février 1881 (le cachet de la vente de 1881 est présent sur les 4 dessins). Parmi les nombreux dessins mis en vente, ont été identifiés le REC 111 « jeune femme vue de dos, N°296 », les REC 113 et 114 dans un lot de « six croquis à la plume, N°300 », le REC 112 pourrait correspondre à plusieurs énoncés. Achetés probablement ensemble, sont-ils demeurés ensemble chez un ou plusieurs collectionneurs pour finalement être acquis légalement ou illégalement par R. Holzapfel à Paris et ce, probablement au début de la guerre. « Holzapfel de Paris », il semblerait s'agir du marchand d'art britannique d'origine allemande, Rudolf Melander Holzapfel (1900-1982), spécialiste de Shakespeare. Grand amateur d'art, il fut un actif revendeur d'art à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale avant de constituer sa propre collection. Or il a été jusque-là confondu avec son frère Theodore Ward Holzapfel (1879-1955), traditionnellement cité, sans doute à tort, pour avoir travaillé dans l'intérêt des Allemands et pour certains intermédiaires de l'entourage de Erhard Göpel, un des principaux marchands chargés du projet de musée de Linz, que Hitler avait rêvé de faire construire. Amateur et collectionneur de peinture flamande et hollandaise du 17e siècle et donateur de sa collection à l'Ashmolean Museum d'Oxford, Theodore Ward Holzapfel aurait cependant quitté la France en 1939 pour les Etats-Unis et n'en serait revenu qu'après-guerre. En outre, avant son mariage en 1908, il avait déjà abandonné le nom de Holzapfel, n'en avait conservant que l'initiale « H », pour adopter celui de Ward, nom de sa mère. En 1942, les quatre dessins sont offerts par Holzapfel au Städel Museum de Francfort, on retrouve la trace du REC 112 dans l'inventaire des œuvres acquises par le Kunstinstitut durant la guerre sous le numéro « Inv.No.16021 », avec la mention « gift of Holzapfel, Paris ». Le cachet (L.2356) apposé au verso du REC 112 indique que celui-ci provient du Städelsches Kunstinstitut, l'Institut des Beaux-Arts, fondation Städel de Francfort. En raison de leur provenance Holzapfel, ces quatre dessins sont saisis à la fin du conflit. Ils sont enregistrés au Central Collecting Point de Wiesbaden (zone américaine) en avril 1946 puis transférés en mai 1946 au Central Collecting Point de Baden-Baden (zone française) et inventoriés dans la boîte numéro 1 de la Collection du Städelsches Kunstinstitut de Francfort. Les dessins reviennent en France par le premier convoi de Baden-Baden (date ?) puis arrivent à Paris au siège de la Commission de récupération artistique le 2 juin 1947. Le cahier de déballage le 3 juin 1947 indique les œuvres dans la caisse numéro 1, correspondant à la Collection de Francfort. Ils sont retenus par la 5e commission de choix des œuvres de la récupération artistique le 25 octobre 1950. Ils sont remis au Cabinet des dessins le 26 octobre 1950, attribués aux Musées nationaux (Musée du Louvre) en 1951 puis confiés à la garde du musée d'Orsay en 1986. Pour consulter la base des MNR (Musées nationaux Récupération), adresse du site Rose-Valland : www.culture.gouv.fr/public/mistral/mnrbis_fr
Mode d'acquisition : Remis au musée
Année d'acquisition : 1951


COMMENTAIRE :
En 1859, le comte Doria, amateur des toiles de Cals, invita l'artiste à venir se reposer et peindre chez lui, au château d'Orrouy. C'est au cours de ce premier séjour que ce croquis fut exécuté.

INDEX :
Lieux : Orrouy
Personnes : Doria, comte+
Techniques : encre noire - plume