Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 06/09/2021 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

DURER Albrecht


Ecole allemande

Madeleine au pied de la Croix

1523

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 5168, Recto

Numéros de catalogue :
Allemands A114

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
DURER Albrecht

TECHNIQUES :
Pointe de métal, rehauts de blanc sur papier préparé vert. En bas à droite, de la main de Dürer, à la pointe de métal, monogramme et la date : 1523. Filigrane : tête de boeuf avec caducée (Briquet 15379)
H. 00,292m ; L. 00,202m

HISTORIQUE :
Sir Th. Lawrence, marque en bas à gauche (L. 2445) - W. Coningham, marque en bas à droite (L. 476), sa vente à Colnaghi, 8 juillet 1846 - P. Defer et H. Dumesnil, marque en bas à gauche (L. 739) ; sa vente, Paris, 10-12 mai 1900, n° 37 (4000 francs) - A. Beurdeley, marque en bas à gauche (L. 421), sa vente, Paris, 8-10 juin 1920, n° 15, acquis par le musée ;
Dernière provenance : Beurdeley, Alfred
Mode d'acquisition : achat
Année d'acquisition : 1920


COMMENTAIRE :
Etude pour le Crucifiement, gravure au trait, Meder 25. "Flechsig (1928), suivi de Panofsky (1931), Tietze (1937-1938) et Winkler (1939) considèrent que [le dessin de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Inv. E.B.A., n° 1657], vraisemblablement coupé, constitue la deuxième partie de la feuille du Louvre [...] : on aperçoit en effet sur la gauche un pan d'un drapé qui correspondrait au vêtement de la Madeleine; ces deux études qui sont dessinées sur un papier préparé dont la teinte verdâtre est tout à fait semblable, se trouvaient encore réunies dans la collection Sir Thomas Lawrence et pourraient avoir été séparées après son décès en 1830"; l'apôtre ne semble en revanche pas avoir été conçu comme une étude pour la Crucifixion au trait car il tournerait le dos à la Madeleine et au Christ en croix (E. Brugerolles, 1985). « Bien que la gravure de la « Crucifixion au trait » (ou « Grande Crucifixion »), n'ai pas été retenue par Bartsch, Passavant la donne comme une œuvre de Dürer comme Meder et Panofsky, peut-être à cause du rapprochement fait avec les nombreux et magnifiques dessins de la main de l'artiste ou à cause du côté esquissé de certaines épreuves d'essai du maître. Un examen poussé de cette Crucifixion, nous amène à dire qu'il s'agit probablement d'un pastiche réalisé à partir de pas moins de 15 dessins du maître de types différents exécutés entre 1520 et 1523 » (G. Bartrum, 2021). Bibliographie : W. L. Strauss, The Complete drawings of Albrecht Dürer », New York ; 1974, 6 vols, vol.4, n°s 1521/72, 1523/2, 1523/3, 1523/5 E. Brugerolles, « Renaissance et Maniérisme dans les Ecoles du Nord : Dessins des collections de l'Ecole des Beaux-Arts », cat. exp. Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts - Hambourg, Hamburger Kusthalle, 1985-1986, Paris, 1985, sous n° 8, p. 18 G. Bartrum, « From drawing to print. « The Crucifixion in outline » and Dürer's legacy» in « Dürer's Journeys: Travels of a Renaissance Artist », ed. Susan Foister et Peter van den Brink, cat. exp. Aix-la-Chapelle, Suermondt-Ludwig-Museum, 18 juillet - 24 octobre 2021 et Londres, The National Gallery, 20 novembre 2021 - 27 février 2022, Londres, 2021, pp.267-276, p. 270, fig.160, repr. p.271 et note 19 p. 276

INDEX :
Collections : Lawrence, Sir Thomas - Beurdeley - Defer-Dumesnil - Coningham, William
Lieux : Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, oeuvre en rapport, Vienne, Albertina, Graphische Sammlung, oeuvre en rapport, Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques, oeuvre en rapport (RF 60), Paris, Musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des Dessins, oeuvre en rapport (REC 79)
Personnes : Marie Madeleine, sainte
Sujets : Sainte Madeleine au pied de la croix - Dürer, Albrecht, La Crucifixion au trait
Techniques : papier préparé - pierre noire - rehauts de blanc - gouache verte - mine de plomb

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 20, p. 348