Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 16/08/2017 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

RUBENS Peter Paulus


Ecole flamande

La chute des Titans

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 20177, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII1903
MA1831

Numéros de catalogue :
Flamands F1070

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
RUBENS Peter Paulus
Inspiré par PIPPI Giulio
Retouché par RUBENS Peter Paulus

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
ANONYME
J. Wood, 2002
Copie d'après COECKE VAN AELST Pieter
J. Wood, 2002

TECHNIQUES :
H. 00,275m ; L. 00,398m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; montage à bande dorée des dessins d'ordonnance ; Inventaire Jabach, V, n° 183 (Rubens) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin dit d'ordonnance collé et doré de la collection d'Everhard Jabach, acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin a conservé tous les signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement du fonds Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage sont en accord avec la description donnée par la notice de l'inventaire Jabach correspondant au numéro d'inventaire à la sanguine. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Minute. Paris, Archives nationales, O1 1967. Inventaire des escoles d'Allemagne et Flandre contenant 309 dessins : 183 La schutte de Geam ou il y a plusieurs figures entiere sur de papier jaune a la plume lavé et rehaussé et ombré de 18 pouce de long sur 13 pouce de haut dudit [de P. P. Rubens]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.2, p.245, chap. : Ecole romaine, carton 13 bis. (...) Num¿ro : 1831. Nom du ma¿tre : Idem [[ Pippi, Giulio (dit Jules Romain) /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 22 H. D¿signation des sujets : Autre portion de la même salle des Géans. Dessin à la plume, lavé, et qu'on présume avoir été retouché dans l'Ecole de Rubens. Dimensions : H. 28 x L. 40cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 10francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis le 27 décembre 1828 pour être relié] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD34

COMMENTAIRE :
Inspiré de la fresque du Palazzo Te, ce dessin fut un temps considéré comme une copie exécutée en Italie par Rubens d'après une première idée de Giulio Romano. Il s'agit en fait d'une copie anonyme, retouchée par Rubens, d'après une feuille de mêmes dimensions conservée au Rijksmuseum d'Amsterdam (RP-T-1951-253), attribuée à Coecke van Aelst et datée vers 1540-1544 par Stijn Alsteen en 2014 ('Grand Design. Pieter Coecke van Aelst and Renaissance Tapestry', cat. exp. New York, 2014-2015, n° 20) . Ce dessin servit de modèle pour une gravure que l'on attribue à Cornelis Bos ou à son atelier car son pendant, La Révolte des Géants, porte le monogramme du graveur. Selon Jeremy Wood, la feuille du Louvre est à l'origine une copie assez littérale du dessin de Coecke van Aelst, qui imite de manière convaincante le style et la technique graphique de l'école de Raphaël ('Rubens : copies and adaptations from Renaissance and later artists. 1. Italian artists. I. Raphael and his school' (Corpus Rubenianum, 26.1), 2010, n° 77). Rubens dut en faire l'acquisition après son retour à Anvers en 1608. Ses retouches au lavis brun et à la gouache de couleur crème renforcent les qualités picturales et dramatiques de la scène représentée, clarifient l'espace et amplifient le volume des figures. Comme l'a remarqué Frits Lugt, Rubens se souvient de cette composition des années plus tard lorsqu'il interprète ce même thème pour le décor de la Torre de la Parada commandé par Philippe IV d'Espagne en 1636.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Personnes : Titan
Sujets : MYTHOLOGIES - Chute des Titans - Pippi, Giulio, La Chute des Titans
Techniques : encre noire - encre brune - huile - lavis brun - lavis gris - rehauts de blanc - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 8, p. 314